Allô Charlie ? … C’est Charlie …

Vous me direz, Charlie, c’est pas trop mal comme prénom. Un peu BD, un peu rock, un peu faubourg, juste ce qu’il faut de tendresse et de recul sur les choses, on aurait pu tomber sur pire.

Si l’attentat avait eu lieu contre le journal allemand qui a publié les caricatures, par exemple, nous serions tous «Hamburger Morgenpost», ça aurait tout de suite eu moins de gueule dans les manifs. Imaginez «Je suis flic, je suis Juif, je suis Hamburger Morgenpost». Mouarf.

N’empêche que s’appeler tous Charlie, ça va quand même finir par poser des problèmes.

Certes, cette nouvelle unanimité patronymique, émergée comme un soleil du formidable élan du 11 janvier, présente pas mal d’avantages.

Fini les discriminations à l’embauche, les coups de pouce aux Henri-Paul et les coups de genou aux Abdoul, n’est-ce pas, messieurs les DRH …

Terminé les petites magouilles des agences immobilières pour écarter en douce le dossier Mamadou, désolé Monsieur, l’appartement est déjà loué. Dans la grande lessiveuse de l’après-kalachnikov, les Français vont enfin devenir égaux, du moins en apparence.

Mais d’un point de vue économique, cette standardisation des noms, risque de déboucher sur une catastrophe.

Elle va horriblement compliquer l’organisation du bac, rendre très délicates les réservations au restaurant, et mettre un bazar du diable dans les organismes sociaux, qui n’ont vraiment pas besoin de ça, vous pouvez nous croire.

– Désolé, nous n’allons pas pouvoir vous rembourser, vous n’êtes pas à jour de vos cotisations.

– Mais si, vous devez confondre.

– Ça m’étonnerait. Vous vous appelez bien Charlie, non ?

10CondorsCharlieCapital01

Mais ce sont surtout les entreprises qui risquent d’y laisser des plumes. Car enfin, si tout le monde s’appelle pareil, comment distinguera t-on les salariés méritants des bras cassés, les chefaillons des esclaves, les P-DG de leurs chauffeurs ?

A quel maladroit du commercial ira t-on demander des comptes, pour le PowerPoint caviardé ? J’imagine déjà le topo :

– Dis Charlie, tu peux dire au chef de Charlie que Charlie nous a balancé un PowerPoint de merde ? S’i ne sait pas faire ça correctement, qu’il demande de l’aide à Charlie ou à Charlie, y a bien un Charlie qui sait faire un PowerPoint non ?

Et les clients ? Comment passeront-ils la barrière du standard ?

– Accueil tour Total, j’écoute…

– Monsieur Charlie, s’il vous plaît.

– C’est moi.

La vache ! Juste au moment où on commençait à remonter la pente …

Charlie.

Tiré de Capital n° 281 de février 2015

Voilà pourquoi je ne suis pas « Charlie » !

Le 02 février 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s